fbpx
Partager à un(e) ami(e)

Quand on devient maman, on découvre toutes les responsabilités inhérentes à ce rôle : une présence sans failles jour et nuit, répondre aux besoins et aux demandes diverses et variées, transmettre des valeurs… tout en assumant des rôles de compagne, de fille, de mère, de professionnelle….

On peut facilement se sentir tiraillée entre ces deux rôles apparemment opposés : celui de la maman épanouie dont la source unique de bonheur est la relation avec ses enfants ; et celui de la femme active qui se réalise dans sa vie personnelle et/ou professionnelle.

La société a un grand rôle à jouer dans cette pression qui pèse sur les épaules des femmes en leur imposant un mode de fonctionnement : l’employée est multifonction et irréprochable, l’épouse est attentive et sensuelle, la mère est dévouée et exemplaire, la fille est attentionnée et présente.

C’est ainsi que la plupart des mamans se retrouvent à jongler entre différentes casquettes. S’essoufflant à essayer d’être sur tous les fronts, tout en essayant de ne pas s’y perdre. Comment concilier sa vie de femme active tout en devenant une maman comblée ? Qui sont ces femmes qui réussissent si bien à concilier leur vie de femme ET de mère ? Comment ne pas sombrer dans la culpabilité, le stress et l’épuisement ? Comment s’épanouir en tant que femme quand on est maman au 21ème siècle ?

Pendant l’été 2016, alors que j’étais en plein burn-out maternel, j’ai eu l’immense joie de partager le quotidien de femmes extraordinaires qui m’ont ouvert les yeux sur la voie du féminin : les femmes Wodaabe.

Afin de vous permettre à vous aussi de vivre pleinement et de façon choisie et consciente votre vie de femme et de mère, je vais vous révéler, dès maintenant dans cet article, les 5 secrets des femmes Wodaabe.

Secret n°1-Etre véritablement bienveillant envers soi et envers ses enfants

Les Wodaabe sont un peuple de pasteurs nomades Peulhs, qui a résisté aux tentations du confort moderne. Leur mode de vie traditionnel, se transmets de génération en génération depuis des millénaires.

Un jour, j’ai rejoint un groupe de femmes alors qu’elles étaient regroupées sur la place du village : elles parlaient de féminité, de sexualité et de leurs enfants. Elles étaient joyeuses et détendues. Moi, j’écoutais, l’œil rivé sur un de mes garçons qui essayait de monter sur une chèvre.

Quand mon fils tomba, je bondis de mon siège pour le consoler : « Tu vois, tu es trop petit. La chèvre ne se laissera pas faire, et de toute façon, tu n’y arriveras pas ». Maman sauveuse, je revins m’asseoir auprès d’elles, avec mon fils dans les bras.

Quand plus tard, la même mésaventure arriva à un garçon plus jeune que le mien, sa mère le laissa venir vers elle et lui dit : « Je suis fière de toi, tu essaies de grimper sur cette chèvre depuis plusieurs jours. Tu y arriveras bientôt. Seul celui qui arrête d’essayer échoue. »

Et j’ai eu honte.

Une grande prise de conscience : mon épuisement n’était-il pas dû au fait que j’en faisais trop pour mes enfants ? Et, en soulignant l’impuissance de mon fils, étais-je vraiment la maman bienveillante que je croyais être ?

Secret n°2- Se détacher du modèle féminin actuel

Les femmes Wodaabe ont une façon particulière de vivre leur féminin. Elles lui apportent une dimension spirituelle, une note sacrée.

Le féminin est tout simplement une façon d’être et de vivre sa féminité.

Il s’agit de prendre conscience de la beauté et de la puissance de son énergie féminine, de s’y connecter et de le vivre pleinement, naturellement.

Les hommes et les femmes possèdent les deux polarités (féminin et masculin). Dans notre société, le masculin a longtemps dominé le féminin. Les féministes se sont battues pour changer les règles, et revendiquer une égalité homme femme.

Nous les héritières des féministes, nous nous retrouvons piégées à devoir revendiquer nos droits. Mais de nos jours, de plus en plus de femmes sont lasses de cette lutte. Elles rêvent de vivre leur féminité avec aisance, force, naturel, joie et authenticité.

Au contraire, les femmes Wodaabe ne sont ni dans la revendication, ni dans la soumission, ni dans l’hypersexualisation afin de plaire. Défiant la dichotomie qui voudrait qu’elles incarnent soit la douceur, soit la guerrière ; soit la mère, soit la femme ; soit la professionnelle investie, soit la mère au foyer… elles SONT.

Lorsqu’elles occupent de hautes fonctions  (femmes guérisseuses, femmes-sages, dépositaires des traditions, femmes stratèges, politiciennes…), ces femmes de pouvoir assument leur fonction, non pas avec des valeurs masculines prônées dans nos sociétés, mais avec la douce puissance de l’énergie féminine.

Secret n°3- Des rôles définis pour que chacun prenne sa place

Dans cette société ancestrale, les femmes sont conscientes du rôle fondamental que la femme a à jouer dans sa famille, dans sa communauté et dans le monde : être dépositaire des traditions, éleveuse d’âmes, initiatrice des changements, lumière qui éclaire le chemin…

Chez les Wodaabe, la femme a une place centrale. Elle est la source de la vie, la mère de tous. Alors elles aiment être une femme.

Selon la sagesse ancestrale, le rapport homme-femme est comparable au rapport entre le soleil et la lune : l’un fait son travail diurne et l’autre son travail nocturne. Il n’y a pas de revendications, juste l’acceptation que chacun accomplit ses tâches selon ses capacités, ses dons et sa mission, ce qui induit une relation fluide. On ne cherche pas l’égalité, mais l’équité.

Ainsi connectées à leur féminin, les femmes Wodaabe autorisent les hommes à se positionner dans leur juste masculin. Avec eux, elles entretiennent un rapport de complémentarité parfaite. Elles ne luttent pas pour prouver leurs capacités ni n’attendent d’eux une validation quant à leur valeur.

Secret n°4- La féminité est intérieure

Les femmes Wodaabe savent que la féminité est intérieure. Ainsi, pour elles, être féminine n’est pas une façon de se vêtir ni une manière de se comporter. C’est au contraire, une façon d’être. Dans la sagesse ancestrale, les qualités féminines sont valorisées: la compassion, l’amour, la créativité, la sensibilité, la joie, la douceur, la grâce…

Les femmes Wodaabe se parent comme des déesses et se meuvent comme telles. Elles sont pleinement femmes, connectées à leurs émotions, à leur intuition, à leur cycle menstruel, à leurs rites et à leurs rituels.

Elles vivent connectées à leur essence féminine. Elles la manifestent constament par leur façon d’être. Elles incarnent ce féminin sacré par leurs danses, leurs chants, leurs louanges, leurs créations, les relations qu’elles entretiennent entre elles. Elles sont femmes en incarnant les valeurs de joie, de création de lien, de justesse, de douceur, d’hospitalité, d’ouverture, de transmission, de liberté, de bienveillance, d’intuition, de réceptivité, de sensibilité, de générosité, d’amour et de convivialité.

Secret n°5- La transmission entre femmes

Pour les femmes Wodaabe, la transmission entre femmes est essentielle. On ne naît pas femme: on le devient. Par les rituels qui marquent chaque passage. Par les échanges constants avec les autres femmes. L’entraide, la sororité est tellement importante qu’elles l’ont institutionnalisée: elles se rencontrent régulièrement dans un cercle.

Il s’agit d’un espace-temps sacré où elles se retrouvent pour partager, célébrer et transmettre. Dans le cercle, chacune prend conscience de son importance dans le cercle de la vie. Pas de place pour la comparaison: chacune est essentielle pour la formation du cercle. Dans la rondeur du cercle, on se sent accueillie, protégée, soutenue, portée.

En vous éveillant aux trésors cachés en vous, vous passez d’une féminité faible ou revendicatrice à une féminité aimante, libre et affirmée. Vous réalisez alors que vous devez vous inspirer des autres femmes, et non succomber à la comparaison. Vous sortez du culte de la performance, de la compétitivité pour enfin vous connecter à votre énergie féminine.

Nul besoin de revêtir une armure de guerrière pour lutter contre les autres femmes, contre les hommes, contre vous-même. Vous pouvez enfin renouer avec votre authenticité et vous créer une vie à votre image…

Cet article vous a présenté les 5 secrets des femmes Wodaabe pour trouver votre voie du féminin.

Aujourd’hui, le féminin est déséquilibré. En essayant de prouver notre indépendance et notre force avec les valeurs du masculin (culte de performance, compétitivité, rythme effréné, culte de l’argent et de possession, jeux de pouvoir) : on s’éparpille, on se perd, on s’épuise, on est malheureuses et vides.

En vous reconnectant à votre féminin, vous exploiterez enfin l’ensemble de vos ressources intérieures pour équilibrer votre vie. En effet, tout est déjà en vous !

Vous imaginez comme cela pourrait être extraordinaire de se défaire de l’héritage du patriarcat et de vous créer une vie et une maternité selon vos termes, en vous autorisant à être authentiques et à embrasser pleinement votre féminité.

Découvrez tout cela et bien plus encore dans mon tout nouveau livre qui sera en librairie en septembre prochain. En attendant, retrouvez la philosophie de vie du peuple Wodaabe. Si vous souhaitez de l’aide pour retrouver la voie du féminin, je facilite des cercles de femmes afin de vous aider à vous connecter à votre énergie féminine et de vivre votre vraie vie !

Si vous avez aimé cet article, épinglez-le dans Pinterest.

Rejoignez ma communauté de mamans sur Facebook.

pause sacrée de maman


Partager à un(e) ami(e)
error: Content is protected !!